Actualités

LA PRESSE EN PARLE…

octopus

 

L’EXTRAORDINAIRE UNIVERS ILLUSTRE DE JULES VERNE

CONCERT DESSINPHONIQUE par la compagnie Octopus, Cled’12 et l’Orchestre d’Harmonie de Cluses

Image

 

Depuis 30 ans, Hélène SAKELLARIDÈS est la directrice artistique de la compagnie OCTOPUS. Mêlant la musique, les arts plastiques, le mime et le théâtre, les spectacles proposés sont alors souvent classés en… inclassables ! Actuellement, 9 spectacles sont de sortie et toujours d’actualité pour toucher un public familial.

Depuis 20 ans, le tandem formé avec Jacques Sardat, dessinateur, est riche en inspirations et le « marrainage » artistique de l’illustre clown anglaise Nola Rae permet de mettre l’humour au centre du propos.

Avec Jacques Sardat, elle développe la technique originale du théâtre d’ombres en couleurs. Par ailleurs, un autre duo d’artistes plasticiens, Golec&Golec, assure la construction de décors notamment celui de « L’Extraordinaire Univers illustré de Jules Verne ».

Les années passant, la compagnie devient familiale avec l’entrée de Yves La Barbera, son conjoint, et de leur fille aînée, Thaïs La Barbera, devenue comédienne et metteure en scène après une solide formation.

Dans le CONCERT DESSINPHONIQUE, Jacques Sardat reprend ses galons de dessinateur humoristique et improvisateur connu pour ses illustrations en direct de débats et conférences sous le nom de Cled’12 ; Hélène Sakellaridès devient George Sand, Yves La Barbera Jules Verne et Thaïs La Barbera assure la mise en scène.

Jules Verne a une quarantaine d’années quand il propose ses premiers écrits d’aventure à l’éditeur Hetzel lequel a pour lectrice George Sand, que non seulement il édite, mais en qui il a une totale confiance pour repérer les nouveaux talents. Quel ne fut l’enthousiasme de George Sand en découvrant CINQ SEMAINES EN BALLON et VOYAGE AU CENTRE DE LA TERRE et c’est bien elle qui lui suggéra d’écrire VINGT MILLE LIEUX SOUS LES MERS. Tous deux passionnés de théâtre, et elle-même organisant des spectacles dans sa maison à Nohant dans le Berry, c’est tout naturellement qu’est venue l’idée de faire un duo Jules Verne / George Sand  pour présenter aux amis du village et de tout l’Europe artistique ce nouveau genre littéraire qu’est en train d’inventer Jules Verne.

À cette époque, on pratiquait le théâtre à manivelles, et on tirait profit de moindres objets pour raconter des histoires. Les premiers spectacles que montait George Sand avec ses enfants se faisaient avec des bouchons et des ficelles. Puis sous la houlette de Eugène Delacroix qui donnait des cours de peinture à son fils Maurice, les décors et marionnettes se sont perfectionnés.

Dans « L’Extraordinaire Univers illustré de Jules Verne », on réhabilite le théâtre à manivelles et on utilise des petites marionnettes de fil de fer et pâte à modeler pour rester dans l’esprit des spectacles de salon du XIXe et on laisse filer le fil de l’imaginaire sur le texte de Jules Verne  que l’on a adapté pour toucher une sixième génération de futurs lecteurs car déjà cinq générations ont été touchées par le talent cet auteur hors norme.

Par ailleurs, il est de coutume que Monsieur Chopin qui vit dans la maison aux côtés de George Sand l’honore de sa présence pour accompagner le spectacle.

Le XIXe siècle voit aussi l’essor d’un nouveau genre d’expression dans la presse qui est le dessin humoristique et de caricature, et c’est cet art particulier qui sera mis à profit dans le Concert dessinphonique pour illustrer certaines parties du concert.

Pour cette soirée  exceptionnelle, George Sand reçoit Jules Verne afin de le présenter à ses amis et aux habitants du village. Elle invite à cette occasion l’harmonie du village pour un CONCERT DESSINPHONIQUE : une nouvelle forme de concert spectacle en présence d’un dessinateur humoristique  très en vogue dans la presse parisienne et berrichonne. Connu sous le nom de Cled’12. L’occasion de faire connaître son  premier ouvrage « Cinq semaines en ballon » et de partir en voyage sur un répertoire concocté spécialement par le chef Patrick Montessuit… qui n’a qu’un but : rassembler les publics de tous âges et surprendre, instruire autant qu’émouvoir !

LA PRESSE EN PARLE…

octoarticle